Blousons & doudounes

La doudoune revendique deux paternités

Premièrement, celle du Français Pierre Allain (1904-2000), alpiniste et commerçant à Paris, qui crée des vestes en duvet fabriquées de 1931 à 1964 dans un atelier contigu de son magasin de sport parisien, rue Saint-Sulpice. D'abord utilisées en alpinisme, puis pour le ski, les doudounes verront leur usage élargi après-guerre.

Deuxièmement, celle de l'Américain Eddie Bauer à la fin des années 1930 : un brevet est déposé en 1940 et le vêtement est adopté par l'armée américaine, les chasseurs et les pêcheurs. Moncler, qui habille l'équipe de France aux Jeux olympiques d'hiver de 1968 à Grenoble, la popularise pour les sports d'hiver, lançant dans les années 1980 et en même temps que Chevignon une version sportswear utilisée pour la ville.


 

Le blouson naît après la Première Guerre mondiale. Le développement de nouveaux moyens de transports (voiture, moto, avion) rend nécessaire la création de vestes adaptées, au-dessus du fessier afin de ne pas être pliées contre le dossier, serrées à la taille pour éviter que l'air ne s'y engouffre. Cela produit un étranglement, qui « blouse » le vêtement, lui donnant son nom. Des modèles sont réalisés pour l'armée, portés notamment par le général américain Dwight D. Eisenhower. En 1920, l'émigrant russe Irving Schott crée pour les motards le Perfecto, doté d'une fermeture croisée ne laissant pas passer le vent, tandis que la mode s'empare du blouson : baptisé dans les années 1960 en référence à une série télévisée, le blouson Harrington, en coton léger et avec une doublure en tartan, séduit des personnalités comme Elvis Presley ou James Dean.

 

source wikipédia